Pour autant, tourner avec son épouse n'est pas toujours une partie de plaisir. Difficile de décrocher après une journée de travail : "Le plus emmerdant était le retour à la maison, puisque je n'avais pas besoin du débriefing de la journée. Emmanuelle voulait parler de son rôle, alors je la suppliai : 'Au secours, là, on dîne !'"

Emmanuelle Seigner n'est pas la première compagne de Polanski à tourner sous sa direction. Sharon Tate, qu'il avait épousée en 1968, était la star de son délicieux et terrifiant Bal des vampires, sorti en 1967. En 1969, Sharon Tate, enceinte de huit mois, et quatre de ses amis sont sauvagement assassinés par les adeptes de Charles Manson, qu'on surnomme "la famille". Quentin Tarantino a annoncé que la secte serait le sujet de son prochain film ; Roman Polanski ne semble pas s'en émouvoir : "Je ne pense pas vraiment que son projet soit gênant. Je n'ai aucune idée de ce qu'il prépare. Je sais juste qu'il fait un film sur cette époque et que le meurtre de Sharon est une partie qui clôt le film. Car cela a totalement changé Hollywood, avant ça, on ne fermait jamais de portes. Je ne sais même pas si nous avions une clé dans la serrure. C'était un endroit où l'on se sentait en sécurité. Après, Hollywood est devenu un ghetto de forteresses."

Le meurtre de Sharon Tate et de ses amis a mis fin à l'esprit du Summer of Love et a fâché Polanski avec Steve McQueen (ami proche de Sharon, il n'a pas assisté à ses obsèques) ainsi qu'avec la presse. Le traitement de l'affaire a été terrible. Sharon a été pointée du doigt, tout comme Roman par des titres aussi sérieux que le Time ou Newsweek, rappelle le réalisateur.

En 1977 éclate l'affaire Samantha Geimer. La jeune fille de 13 ans accuse le réalisateur de viol ; outre Samantha, qui milite pour l'oubli de cette affaire, ont depuis accusé le réalisateur d'agression sexuelle. Quarante après les faits, la justice américaine ne lâche rien. Pour Polanski, qui a circulé librement partout durant toutes ces années, c'est la sortie du documentaire en 2008 qui a remis le feu aux poudres : "Le paradoxe de ce retournement, c'est que le documentaire révélait de graves irrégularités de procédures favorables à ma défense." Pourtant, le 27 septembre 2009, le réalisateur est arrêté à Zurich. Depuis sa prison, il termine le montage de The Ghost Writer (2010). Il est finalement relâché pour être assigné à son domicile de Gstaad avant que la Suisse ne refuse de l'extrader vers les États-Unis. Comme la France et la Pologne. "Il est préférable de ne pas me rendre ailleurs au risque de revivre la même expérience", admet-il aujourd'hui.

Citizen K, en kiosques le 29 septembre 2017.